Prise en charge

La prise en charge diabète

Le diabète est une maladie qui doit être suivie afin de connaître son évolution et mieux pouvoir y réagir. On pense beaucoup aux restrictions alimentaires, mais savez-vous comment bien adapter votre alimentation ? Et savez-vous qu’une activité physique régulière est également très importante pour rester en bonne forme ? La mise en place de mesures hygiéno-diététiques efficaces est un préalable nécessaire au traitement médicamenteux du contrôle glycémique.4

Suivi du diabète
Activité physique
Alimentation et diabète
Traitement du diabète

Suivi du diabète

Suivre son diabète est nécessaire pour maintenir un équilibre qui permettra d´éviter au maximum les complications à long terme. En effet, plus les taux de glycémies augmentent, plus le risque de développer des complications à long terme est important.

Critères de suivi essentiels du diabète
- La glycémie capillaire : permet de doser le taux de sucre dans le sang
- L´Hémoglobine Glyquée (HbA1c) : permet d’évaluer la glycémie moyenne des 3 mois précédents
- La surveillance urinaire : permet de détecter la présence d’acétone et de sucre dans les urines.

Activité physique

Une activité physique régulière est le complément indispensable à un régime alimentaire sain.

Il faut savoir que le diabète n´est pas un frein à la pratique du sport. Bien au contraire, pour un patient sous insuline, le sport permet une meilleure sensibilité à l´insuline, de faire baisser sa glycémie, de diminuer le risque cardiovasculaire. Et bien que le seuil ne soit pas définit, il est maintenant établi qu’il existe une relation entre le volume d’activité physique et la prévention du diabète de type 2. 

Cependant, pensez à contrôler vos glycémies plus fréquemment (avant, pendant et après l´effort) pour prévenir une éventuelle hypoglycémie qui peut survenir même à distance de l´effort (surtout si vous êtes sous insuline, sous sulfamides ou glinides).

Alimentation et Diabète

Diabète et Alimentation

En plus du respect des recommandations habituelles en matière de nutrition du Plan national nutrition-santé (PNNS) www.mangerbouger.com, il est aussi important pour une personne souffrant de diabète de faire attention à son équilibre alimentaire. Vous pouvez trouver ici des brochures, des mémos et des fiches qui vous aideront à manger équilibrer en toutes circonstances.

Traitements du diabète 
 
Traitement du diabète de type 1

Si vous êtes atteint d’un diabète de type 1, votre pancréas ne produit plus d´insuline. Un traitement insulinique est donc indispensable.
Chez une personne non diabétique, l’insuline est produite par les cellules ß du pancréas à des taux très variables au cours de la journée en fonction de l’alimentation, l’exercice, etc… Le pancréas sécrète ainsi en permanence un peu d’insuline (production basale) pour réguler le taux de sucre dans le sang (glycémie) en dehors des repas. Il augmente par contre sa production d’insuline lors des repas ou collations (pic prandial) afin d’empêcher une augmentation trop importante de la glycémie, lié à la présence de glucides dans les aliments. L’objectif d´un traitement insulinique est donc de reproduire au mieux la sécrétion d´insuline qui fait défaut pour aider l’organisme à maintenir votre équilibre glycémique. Votre médecin vous proposera  un traitement combinant différentes insulines, afin de reproduire au mieux la sécrétion naturelle d’insuline.

Traitement du diabète de type 2

1. La première façon de traiter votre diabète, c’est de bien manger et faire de l´exercice physique (MHD : Mesures Hygiéno-diététique).
 
2. Un traitement par antidiabétique oral peut vous être proposé par votre médecin lorsque ces mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas.
 Il y a différentes traitements oraux qui permettent de diminuer la glycémie par différents modes d’action :

  • Les biguanides : améliorent la sensibilité à l'insuline au niveau du foie et des muscles, en diminuant la production de glucose par le foie et en augmentant l'utilisation de l'insuline par les muscles ou les graisses,
  • Les insulinosécréteurs :
    * Les sulfamides hypoglycémiants : stimulent la sécrétion d´insuline par les cellules béta du pancréas, 
    * Les glinides : stimulent la sécrétion d´insuline par les cellules béta du pancréas
  • Les inhibiteurs de l´alphaglucosidase : ralentissent le passage du sucre des aliments ingérés de l’intestin vers le sang,
  • Les inhibiteurs de l´enzyme DPP 4 : ralentissent la destruction du GLP-1, une hormone intestinale qui stimule la sécrétion d´insuline et inhibe la sécrétion du glucagon, lorsque la glycémie est élevée. Ainsi, en restaurant un taux quasiment normal de GLP-1, ces médicaments permettent une meilleure sécrétion d´insuline au moment des repas et diminue la sécrétion anormale de glucagon observée dans le diabète.

Votre médecin peut vous prescrire un de ces traitements par antidiabétique oral, ou plusieurs traitements par antidiabétique oraux en association, pour en combiner les effets.

3. Traitement injectable

  • Les analogues du GLP-1 : Ils reproduisent toutes les actions du GLP-1 et agissent aussi bien au niveau du pancréas en stimulant la sécrétion d´insuline et inhibant la sécrétion de glucagon, lorsque la glycémie est élevée, qu´au niveau de l´estomac qui se vide moins vite, ce qui diminue la glycémie après les repas et au niveau du cerveau où il réduit la sensation de faim permettant une diminution de la quantité de nourriture ingérée et donc une perte de poids.
  • L´insuline. Votre médecin peut vous prescrire un ou plusieurs de ces antidiabétiques oraux ou également en associer certains avec un analogue du GLP1, afin d'en combiner les effets. Si ces traitements ne suffisent pas à contrôler votre diabète, votre médecin pourra vous prescrire un traitement par insuline. Il pourra vous proposer un traitement combinant différentes insulines, afin de reproduire au mieux la sécrétion naturelle d´insuline.

Les différentes insulines
Les insulines disponibles en France sont de deux natures:
- les insulines humaines, reproduction exacte de l’insuline humaine, ou
- les analogues de l’insuline humaine (les plus prescrites aujourd´hui).
Ces insulines peuvent être classées en trois grandes familles : les insulines rapides, les insulines basales, et les mélanges fixes d´insulines.
Les insulines basales
Les insulines lentes (ou analogue lent) et les insulines NPH (ou intermédiaires, ou semi lente), agissent au bout de quelques heures, et pendant une longue durée. Elles vous apportent l´insuline dont vous avez besoin en dehors des repas (insuline basale).
Les insulines d´action rapide
Les insulines rapides et les analogues rapides de l’insuline agissent en quelques minutes, mais pour quelques heures seulement. Elles apportent donc le pic d´insuline nécessaire pour contrôler la glycémie après un repas (insuline prandiale).
Les mélanges fixes d´insulines
Les mélanges sont un mélange dans des proportions établies d´une insuline rapide (ordinaire ou analogue) et d´une insuline NPH. Une injection de mélange fixe apporte donc à la fois le pic d´insuline nécessaire au moment du repas, et l´insuline basale nécessaire en dehors des repas.
 
Votre médecin peut vous proposer un traitement combinant un ou plusieurs types d´insulines, afin de reproduire au mieux la sécrétion d´insuline qui vous fait défaut.

Les stylos et pompes

Les dispositifs d´injection d´insuline ne cessent d´évoluer. Les traditionnels seringues et flacons d´insuline ont largement fait place aux stylos injecteurs et aux pompes à insuline. 

Deux sortes de stylo disponibles : 
- Les stylos rechargeables, aussi appelés stylos réutilisables ou "à cartouche", puisqu´on y met des cartouches d´insuline, comme une cartouche d´encre dans un stylo plume.
- Les stylos pré-remplis d´insuline, aussi appelés stylos "jetables" puisque l´ensemble du stylo est à jeter une fois vidé.

Les pompes à insuline

Une pompe à insuline est un dispositif électronique de la taille d´un téléphone portable, qui se porte sur soi, et qui libère de l’insuline en continu par l´intermédiaire d´un cathéter inséré sous la peau de l´abdomen.

La pompe assure à la fois le débit insulinique de base et les pics prandiaux d´insuline. Aujourd´hui, les pompes sont souvent utilisées par les patients diabétiques de type 1 (mais aussi certains diabétiques de type 2) et les femmes enceintes (lors d'un diabète de type 1 ou type 2 ou lors d'un diabète gestationnel).

Sources
1. Organisation Mondiale de la Santé. 2013 http://www.who.int/topics/diabetes_mellitus/fr/
2. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs312/fr/index.html
3. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs312/fr/index.html
4. Recommandation de bonne pratique. Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2. Haute Autorité de Santé. Janvier 2013
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-02/10irp04_reco_diabete_type_2.pdf