Lutte contre la contrefaçon

Les dangers des médicaments contrefaits

Les médicaments contrefaits présentent des risques sérieux pour la santé publique. Leurs sources sont la plupart du temps inconnues et leur composition n’est pas fiable. Les médicaments contrefaits représentent un danger pour la sécurité des patients, car ils peuvent contenir des ingrédients toxiques. Leur utilisation n’est jamais sans danger et leur prise peut être mortelle. Malheureusement, la contrefaçon ne cesse de croître. Les réseaux criminels mondiaux produisent et distribuent des produits contrefaits dans tous les principaux domaines thérapeutiques, dans l’ensemble des grandes zones géographiques et dans plus de 100 pays. Les ventes de médicaments contrefaits ont généré environ 200 milliards de dollars de bénéfices illicites en une seule année [par exemple, 2016].

Initiatives de Lilly pour lutter contre la contrefaçon

Lilly s’engage à faire progresser l’innovation médicale tout en maintenant les meilleures normes de qualité des produits afin de garantir la sécurité des patients.

Lilly vise à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé publique. Nous disposons d’une équipe interne mondiale de Lutte Contre la Contrefaçon qui investigue les produits Lilly suspectés d’être contrefaits. Des procédures sont en place afin d’identifier les nouveautés en matière de production et de distribution qui permettent de dissuader les pratiques de contrefaçon.

Aucune entité ne peut arrêter à elle seule la contrefaçon. C’est la raison pour laquelle Lilly est partenaire des agences gouvernementales réglementaires et des services en charge de l’application des lois, ainsi que d’autres entreprises pharmaceutiques, pour mettre en place une stratégie mondiale de lutte contre la contrefaçon qui garantit la sécurité des patients.

Pendant ce temps, nous continuons à soutenir les efforts éducatifs internationaux en unissant nos forces avec des organisations non gouvernementales, telles que l’Organisation Mondiale de la Santé, L’Alliance Mondiale des Professionnels de la Santé (World Health Professionals Alliance) et l’Organisation Mondiale des Douanes, afin d’avertir les patients et les professionnels de santé des dangers liés à l’achat de médicaments en dehors du circuit pharmaceutique traditionnel.

Internet aggrave le problème en créant un marché anonyme et mondial pour le commerce de médicaments contrefaits. Fait préoccupant, près de 97 % des vendeurs de médicaments en ligne et 62 % des médicaments achetés en ligne ne sont pas légitimes. Compte tenu de la sophistication technologique et des capacités croissantes des faussaires actuels, il est impératif de collaborer avec d’autres organisations afin de localiser les médicaments contrefaits, arrêter les criminels responsables et protéger les patients.

En France, la vente de médicaments soumis à prescription est réservée aux pharmaciens. Seuls certains médicaments ne nécessitant pas une prescription sur ordonnance peuvent être vendus sur Internet, toujours sous la responsabilité de pharmaciens. Ces médicaments ne peuvent être vendus que sur des sites autorisés pour la vente de médicaments sur Internet. Pour se protéger des contrefaçons, il est nécessaire d’être extrêmement vigilant lors de l’achat de ses médicaments. Lorsqu’il s’agit d’une prescription d’un médecin, l’achat se fait exclusivement auprès de pharmaciens où l'authenticité des produits de santé est garantie.

Par ailleurs, quand vous partez en vacances, quelle que soit votre destination, assurez-vous de ne pas oublier vos médicaments et d'en avoir en quantité suffisante. En effet, dans certains pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, plus de 30% des médicaments disponibles à la vente peuvent être contrefaits.

La sérialisation chez Lilly : tracer le médicament à l’unité pour plus de sécurité

La traçabilité du médicament à l’unité étant devenue un enjeu de santé publique, les nouvelles législations introduisent des technologies complémentaires d’identification.

L’enjeu de la sérialisation est d’assurer la sécurité du patient par la lutte contre les circuits parallèles (la contrefaçon) et le contrôle du flux du médicament sur toute la chaîne de distribution et d’augmenter la rapidité des rappels de lots en cas de nécessité.

Depuis l’implémentation effective de la sérialisation en Février 2019, les emballages individuels de médicaments doivent être munis :

- d’éléments d’inviolabilité ;

- d'un identifiant de médicament unique (UMI) qui permettra aux distributeurs, grossistes, pharmaciens et patients de vérifier l'authenticité d'un produit par le biais d'une base de données sécurisée. Concrètement, il s’agit de l’impression d’un numéro de série unique et aléatoire sur la boîte, à la fois en clair et sous un code barre 2D Datamatrix.

qr-code

Code-barres 2D Datamatrix

Code matriciel de petite taille imprimé directement sur la boîte au moment du conditionnement et contenant les informations relatives au médicament en question (tels que le code du produit, le numéro de lot, la date d’expiration et le numéro d’identification unique). Ces informations sont enregistrées sur une base de données centralisée au niveau Français et Européen. Le code-barres est ensuite lu avant la dispensation du produit par le pharmacien. Grâce au numéro de série, le pharmacien peut interroger la base de données et assurer l’authenticité du produit avant de le dispenser au patient.

Déploiement de la sérialisation à l’usine de Lilly à Fegersheim et sur les autres sites de production européens.

Chaque emballage de médicament, chaque carton et chaque palette ont leur numéro de série unique au niveau du code-barres 2D Datamatrix. Ce code est imprimé directement sur les étuis. Pour cela, des modifications techniques importantes des lignes de conditionnement ont eu lieu et ont permis de mettre en place la sérialisation pour tous les pays livrés par les sites.

Sources

1. Site internet de l'ANSM - Falsifications des produits de santé.

2. France MVO. Le site officiel du CIP pour la sérialisation des médicaments et la lutte contre les médicaments falsifiés en France.

3. Ministère des solidarités et de la santé : Vente en ligne des médicaments.

PP-MG-FR-0570 - Octobre 2020